L’erreur est humaine

apprendre de ses erreurs

L’erreur est humaine

Apprendre de ses erreurs, c’est quelque chose auquel nous sommes confrontés tout au long de la vie. Cela arrive à tout le monde de mal faire. Au lieu de s’en vouloir, tirons en des leçons pour aller de l’avant.

L'erreur est humaine

Apprendre de ses erreurs

La peur de mal faire

 

Face à des complications, avérées ou annoncées, j’ai souvent tendance à m’appuyer sur les autres. Les raisons, j’en vois (au moins) trois. J’ai peur de mal faire. Je me dis que s’il y a un problème, la faute sera nécessairement la mienne. Enfin, j’estime ne pas avoir les ressources suffisantes pour prendre les bonnes décisions. De fait, je passe le relai.

 

S’agissant de situations où des choix sont à prendre dans l’immédiat, il est impossible de procéder de cette manière.

 

N’importe quoi, Maman

 

L’autre jour, parce que je pensais que cela ferait plaisir à ma fille, j’ai fait quelque chose qui – je m’en suis rendu compte après coup- aurait pu me faire mal. Heureusement, je n’ai eu rien de cassé. Mais mon action n’a pas eu les résultats escomptés, puisque ma fille me faisait toujours la tête. Et, immanquablement, ce qui devait arriver arriva.

 

Scène numéro 1579 du film Tergiversations, avec à la réalisation et au scénario, Héléna Dahl.

 

« Qu’est-ce qui m’a pris ? J’ai voulu m’inspirer cascadeuse. Pathétique. En plus, c’était complètement inutile. J’ai pris des risques pour pas grand-chose. Oh la la, si je m’étais fait mal, j’aurais pu terminer à l’hôpital avec une jambe cassée. Je suis une incapable, irresponsable et condamnable au tribunal de mes pensées. »

 

Tout en marchant, je me torturais le cerveau. Puis, des mots se sont échappés. « Je suis bête tout de même. » Aussitôt, ma fille a réagi : « Pourquoi tu dis ça ? » Quand j’ai répondu, « parce que j’ai fait une erreur », elle m’a regardé d’un air désapprobateur qui signifiait, « n’importe quoi Maman. »

 

Apprendre de ses erreurs

 

À son âge, elle a encore tant à découvrir. Les erreurs, elle en fait quotidiennement. Parce qu’elle apprend. Il fut un temps où, dès qu’elle expérimentait une nouveauté, elle voulait que cela marche du premier coup. À la moindre anicroche, elle était tentée de décrocher, même si elle s’approchait du but. Un faux-mouvement, un coloriage qui dépasse, une fermeture éclair capricieuse, et je l’entendais crier, pester, pleurer. À force de lui parler, elle a réussi à comprendre que ses capacités se développeront par la pratique. Plus elle essaiera, mieux ça sera. Et si vraiment ça ne va pas, il n’y a pas de problème. Savoir tout bien faire, c’est impossible, à moins d’être une personne parfaite, mais cela n’existe pas. Nous ne sommes pas des machines.

 

« Voyons, ma chérie, cesse d’être si dure envers toi. Ce sont tes erreurs qui t’aideront à avancer. »

 

Si je me répétais la même chose, cela pourrait sûrement m’aider moi aussi.

 

Des failles qui font grandir

 

En ce moment, je réapprends à vivre dans le monde réel. Et, s’il y a bien un attribut qui n’est pas permanent dans notre quotidien, c’est la fluidité. Il peut arriver de connaître des périodes plus calmes que d’autres, mais il y a aura toujours, à un moment donné, la sinuosité, l’encombrant, le pavé fracassé, ou le poteau envahissant, qui viendra se mettre en travers de la route. Dès fois, l’obstacle est facilement contournable. Mais le plus souvent, il faudra essayer une manière, puis une autre, et encore une autre, avant d’y arriver. La solution, elle ne coule pas nécessairement de source. Et il n’y a rien de plus normal à cela. Ces failles, que l’on comble et que l’on surmonte, elles nous font grandir et font de nous ce que nous sommes.

 

Alors ma chérie, dès que tu es tentée de te blâmer de façon anxiogène, vois où cela te mène et ne cesse jamais de te répéter, je n’ai pas à m’en vouloir d’être humaine.

 

Héléna DAHL

Française résidant à Bruxelles, âgée de trente-deux ans, j’ai commencé ma carrière en tant qu’assistante parlementaire au Parlement européen, où j’ai travaillé pendant cinq années. Animée par ma passion de l’écriture, j’aspire aujourd’hui à une carrière d’auteure professionnelle. En effet, écrire a toujours fait partie de moi, et ce dès le plus jeune âge. Mon premier roman, La nuit s’éveille et tout s’éclaire, est une œuvre de fiction basée sur mon récit de vie.